La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil

| |
Comment se sortir d'une histoire qui n'en finit plus d'en finir ?
Je me sens comme une mouche engluée dans une toile d'araignée et un mot me vient à l'esprit ce soir : mortifère.
Il y a comme une odeur de pourri dans le royaume des amants qui se délaissent.
Il y a comme un parfum évanoui, dont juste reste le souvenir.
Quel était le mot prononcé par l'homme en regardant la toile ?
Renoncement.
Je ne sais pas si c'est le travail qui s'accumule et les nuages qui obscurcissent obstinément le ciel, mais c'est l'état dans lequel je me sens.
Triste ? à peine.
Malheureuse ? même pas.
Mais en train de renoncer sûrement.
Est-ce bien ? Est-ce mal ? Je n'en ai aucune idée. Je verrai bien.
L'histoire serait tellement moins intéressante si on en connaissait la fin n'est-ce pas ?


4 murmures:

juillev a dit…

Et moi je persiste à penser qu'il y a de la fierté dans ce portrait...

Bérénice a dit…

C'est vrai Bunny ! Et si l'on savait, ce serait quelque part un peu fini...

Très intéressant ce blog... je reviendrai...

anne des ocreries a dit…

j'aime beaucoup le titre de cet article ; de qui ce beau portrait ?
attention, il ne faut pas confondre le renoncement avec la résignation !
le renoncement est ACTION.
la résignation est PASSIVITE.

Bunny a dit…

Bonjour Anne et bienvenue, c'est un Modigliani, tout simplement ;-)

Enregistrer un commentaire